Trek d’Appenzell au Tessin, part 2

Samedi 2 juillet

Il fait un temps de cochon, mais vraiment. Pluie, brouillard, vent tempétueux … et comme finalement je suis en vacances et là pour me faire plaisir, je décide de marcher le minimum et de prendre le bus dès que cela sera possible. 5 heures et 4 changements plus tard, je suis au Klausenpass, ma destination du jour. Pas sur que cela ait été plus rapide, par contre je suis sèche !

Dimanche 3 juillet IMG_5966

Une grande et belle journée qui m’attend ! J’ai pu obtenir un petit déj un peu plus tôt et je décolle à 07h15. Les hautes herbes sont complètement détrempées et le sol est bien glissant. Heureusement, aucune difficultés techniques aujourd’hui. D’abord un magnifique sentier me mène à l’alpage de Wannelen, puis au fond du Brunnital au village de Brunni. Depuis là, la montée devient efficace et on entre dans un magnifique vallon, le Griesstal.

IMG_5975Quelle chouette journée ! La montée se poursuit en direction du Seewligrat et, évidemment, il y a encore bien de la neige sur le haut. J’enfonce pas mal, mais ce n’est pas long. De l’autre côté, je découvre le lac de Seewli, on se croirait aux Caraïbes. Le lac est très prisé des pêcheurs.

Je m’installe au bord du lac pour une bonne sieste, la température est idéale. En fin de journée, je rejoint l’alpage voisin où il est possible de passer la nuit. Le bonhomme est âgé et super gentil, il nous mitonne une assiette de macaroni d’alpage à se relever la nuit. Et du pain maison en plus … Pour CHF 35.- la nuit, demie pension comprise. Dingue des endroits pareils !

Lundi 4 juillet

De nouveau grand beau, yeahh ! C’est fou comme ça peut me mettre de bonne humeur ! En plus j’ai une chouette journée devant moi, à la découverte du canton d’Uri que je connais très mal. IMG_5996

La journée commence par une descente assez casse-pattes, mais finalement vite avalée, puis par une traversée plus ou mois à flanc de montagne. Un randonneur rencontré quelques jours plutôt m’avait prévenu qu’il y avait une ravine vraiment difficile et expo à traverser. Et bien le problème appartient au IMG_6002passé grâce à un nouveau pont suspendu. Personnellement je n’aime pas trop ça, mais disons qu’en serrant les fesses, ça a vite passé !

Je n’ai pas pu échapper à de la marche en forêt, mais disons qu’il y avait régulièrement des petits dégagements pour que je puisse admirer la vue, ce qui rendait la chose acceptable.

Autour de la mi-journée, je suis arrivée au Golzerensee, un superbe lac, facilement accessible depuis la plaine grâce à un télécabine. Du coup, il y avait pas mal de monde et un sympathique petit bistrot pour manger une morce. Il ne me restait dès lors plus qu’à monter à la Windgällenhütte et à passer l’après-midi a découvrir les gouffre, les dolines et les sources qui foisonnent dans le coin.

 

Mardi 5 juillet

IMG_6055Petit programme pour cette journée et c’est tant mieux, on attend des orages violents dans l’après-midi.

Je continue de m’enfoncer dans le Maderanertal. Les chemins sont tellement bien entretenu, on voit qu’on est en suisse allemande. Les abord IMG_6068des chemins sont même fauchés, cela me laisse sans voix.

Je descend au fond du vallon pour mieux remonter sur l’autre versant, en direction de la cabane de Hüfi. Maia et Ursula, deux randonneuses qui étaient également à la cabane Windgällen me rejoignent un peu plus tard, nous ne serons que les 3 à la cabane ce soir. Nous passons une soirée vraiment super sympa avec le gardien, Paul, qui nous fait des bons p’tits plats sur son four à bois et nous parle de sa vie de gardien de cabane. La soirée se terminera bien tard autour de quelques Hüffikaffi de derrière les fagots !

Mercredi 6 juillet

Aujourd’hui aussi, Maia et Ursula ont le même programme que moi, à savoir rallier la cabane Cavardiras dans les Grisons.  Je file avant elles le matin, il faut dire que maintenant je IMG_6091suis bien organisée et faire mon sac ne me prend que quelques minutes.

J’ai décidé de prendre la bifurcation du « Schofweg », un chemin balisé en bleu et blanc et qui évite de redescendre jusqu’au pont pour remonter à Hinterbalm. Le chemin est sécurisé par des vieux cables tout rouillés sur lesquels il ne faut pas penser se vacher avec une longe de via ferrata. Mais au moins ont-ils le mérite de montrer clairement la voie à suivre. Le chemin est très mouillé et il faut faire bien attention de ne pas glisser. Je me fait un peu de soucis pour mes deux comparses qui ont des chaussures au profil pas terrible, mais je ne vois toujours personne à l’horizon.

Je m’arrête boire un coca à Hinterbalm avant de remonter le Brunnital. Si vous avez suivi, vous vous rendrez compte que c’est mon deuxième IMG_6103Brunnital en 3 jours ! C’est magnifique et j’ai un plaisir fou à me trouver là en cet instant.

Alors que j’arrive au petit rec final, je fais une pause. Il me reste 500m de dénivellé, si je me dépêche je devrai être à la cabane dans 1h. C’était sans compte sur mes copains les névés, ils s’étaient cachés les sales gosses ! Je me suis enfoncée à chaque pas au mois jusqu’au genou, parfois jusqu’à la cuisse. J’ai finalement mis 2h30 pour parcourir ces 500m ! J’étais vraiment contente d’arriver à la cabane. Je suis suivie de peu par Flavia, une sympathique Bernoise qui me remercie pour la trace… y a pas de quoi 🙂

Maia et Ursula arriveront juste avant le souper, au moment ou je remettais mes chaussures pour partir les chercher. Belle journée en effet !

Jeudi 7 juilletIMG_6128

Je choisi de descendre à Disentis en passant par le Brunnipass. Le passage du col est coté T4 et est encore bien enneigé. Flavia décide de se joindre à moi et nous quittons la cabane sous un soleil radieux.

IMG_6124La traversée est bien gelée, mais ensuite la montée au col est en bonnes conditions, équipée de cordes aux endroits nécessaires. Il y a même une échelle pour franchir le dernier ressaut. On fait une grande pause au col, il n’y a pas de vent est la vue est à couper le souffle. On voit la Bernina !

La descente de l’autre côté se fait d’abord à l’aide d’un cable, puis droit en bas en glissant sur les névés. Je quitte Flavia qui file sur Sumvitg. Quant à moi je descends sur la lac Serrein ou je rejoint des dizaines de promeneurs venant de Caischavedra et on les comprend, ce petit lac est magnifique. Je loupe la benne pour descendre de quelques minutes, alors je décide de finir à pieds.

Le soir à Disentis, je me goinfre de spécialités grisonnes, des trucs légers comme des bizochel et des capuns.

Vendredi 8 juillet

J’ai le bide salement barbouillé: entre l’eau des torrents, les fruits secs à toutes les pauses et la grosse bouffe de hier soir, j’ai l’impression d’avoir le ventre qui va péter ! Je prend le IMG_6181train puis un minibus jusqu’au barrage de Runcahez.

J’en chie vraiment ce matin, c’est la cas de dire… je dois m’arrêter tout les 1/4 d’heure pour vidanger mon intestin. J’essaie de boire régulièrement pour ne IMG_6183pas me déshydrater, la montée est raide et en plein soleil. Finalement j’arrive en début d’après-midi à la cabane Terri et m’offre un grand coca. Ca passe bien, je me sens mieux et repars avec le sourire en direction de l’étonnant plateau de la Greina. J’y croise un troupeau de 12 bouquetins et aucun être à deux pattes ! C’est vraiment sauvage, encore un endroit où il faut absolument que je revienne !

Je passe le col de la Crusch et me retrouve au Tessin ! Tschüss rösti, buongiono risotto ! (enfin ça, c’est ce que je croyais à ce moment là :-D)

Il ne me reste qu’une petite demie heure pour rejoindre la cabane Motterascio. J’essaie de ressortir mes vieilles connaissances d’italien pour communiquer, mais c’est pathétique ! D’ailleurs, ils me mettrons à la table avec des suisses-allemands pour le souper !

Samedi 9 juillet

La journée commence par une descente qui fait bien mal aux cuisses, puis un long plat le long du lac artificiel de Luzzone. Il y a deux tunnels à emprunter pour se rendre dans le Val Carassino. Ils IMG_6240sont bien longs, près d’un kilomètre chacun, mais également bien éclairés.

Le Val Carassino est long et plat, je gagne très peu d’altitude. Il fait chaud et il n’y a, une fois de plus, personne. J’en profite pour faire un petit bain dans la rivière, l’eau fait 8 C°: parfait pour se rafraîchir les idées ! IMG_6281

Je m’arrête manger une tarte aux abricots à la cabane Adula CAS avant de monter à la cabane Adula UTOE où je passerai la nuit. Les deux cabanes sont vraiment proches … Je passe une soirée géniale dans cette cabane où nous profitons d’un coucher de soleil magnifique. Simone, l’adorable gardienne, nous sert le dessert sur la terrasse pour que nous n’en perdons pas une miette (du coucher de soleil, pas du dessert !)

Dimanche 10 juillet

Je quitte la cabane vers 7.00 avec la ferme intention de ne pas traîner. Ils ont annoncé de grosses chaleurs et des orages pour la fin de la journée. Je monte d’abord au Passo del Laghetto en lorgnant IMG_6294sur l’Adula (Rheinwaldhorn auf deutsch) qui me semble être un sommet plutôt chouette. Une fois de plus, je me fait la promesse de revenir, avec Pål.

La descente du col est assez marrante, l’itinéraire emprunte tout simplement le lit du torrent. deux-trois marque de peinture et hop, voilà le travail. Pourquoi est-ce qu’on se IMG_6311casserait le dos à faire des chemins de randonnée finalement ? Ca passe nickel.

La suite est une succession d’alpage, je m’arrête d’ailleurs acheter un delicieux fromage de chèvre. Qui a dit que je ne pense qu’à manger ?? J’avais prévu de descendre jusqu’à Malvaglia, mais des randonneurs m’apprennent que le petit téléphérique de Dagro est de nouveau en service. Je ne vais pas rater cette belle occasion d’épargner à mes genoux 1000 mètres de dénivellé négatif. Cela vaudra d’autant plus la peine que je rencontre dans la cabine un bien gentil Monsieur qui me propose de m’emener à Biasca. Je m’installe dans un petit hôtel sympatique, le QG de nos sorties canyoning au Tessin, et je mate la finale de l’Euro à la télé.

Lundi et mardi 11 et 12 juillet

On nous annonce une perturbation orageuse assez violente. Je renonce donc à mon projet Chironico – Bassa del Barone – Rifugio Barone – Passo della Campala – Broglio. Ca aurait été une façon IMG_6339élégante de rejoindre le val Maggia, mais tant pis, pas envie de finir foudroyée sur une crête.

Je quitte Biasca et longe la rivière Ticino jusqu’à Bellinzone. C’est un peu monotone, alors j’agrémente la balade de quelques baignades dans la rivière. Il fait couvert et lourd. J’arrive à Bellinzone sous les premières gouttes de pluie qui ne s’arrêteront que 36 heures plus tard.

Mercredi 13 juillet

Bon il faut bien que je pougne si je veux arriver à reprendre le cours de mon parcours ! Hop, un train et un bus plus tard, me voilà à Cevio ! La Suisse a quand même du bon quand il s’agit de IMG_6369transport public, on dira ce qu’on veut !

La suite est une montée bien régulière dans des forêts magnifiques (magnifiques oui, mais qui bouchent la vue !) sur près de 1500 mètre de dénivellé. Je ne suis pas pressée et heureusement, parce que je traverse un champs de myrtilles à point pour la cueuillette ! Et comme je n’ai pas de récipiant, je suis obligée de les manger au fur et à mesure … comme c’est dommage !

J’arrive au refuge Alzasca et le temps d’enfiler une paire de Croc, il se met à grêler ! Heureusement que je n’ai pas découvert un second champs de myrtilles, donc ! A la cabane, super sympa et gadiennée par des bénévoles, je rencontre un coupe de septuagénaires qui montent ici pour la 24ème fois ! C’est « leur cabane préférée » ! On veut bien les croire.

Jeudi 14 juillet IMG_6396

Dernier jour ! J’ai pas envie de partir ce matin, ça sent la fin ! Le sentier monte d’abord jusqu’au Lac Alzasca, mais la température extérieur, 4 C°, me décourage de me baigner. Je continue jusqu’au col, d’où je vois mes amis de la veille me faire de grands signes depuis la terrasse de la cabane.

Je bascule de l’autre côté, sur un chemin en balcon d’abord, puis à travers des alpages verdoyants. Quelle matinée magnifique ! En me connectant sur les réseaux sociaux je vois que ce n’est pas tout à fait le cas en Valais, il y a 10 cm de neige sur la terrasse de la cabane de la Tourche ! C’est difficile à croire depuis ici !

IMG_6408A Gresso je prend un bus jusqu’à Intragna où je vais profiter, une dernière fois, des cours d’eau tessinois pour me rafraîchir. C’est tellement mieux que la piscine ! En fin d’après-midi je saute dans le train IMG_6421du Centovalli, qui après quelques péripéties, me ramènera à la maison.

Le bilan de ces deux semaines et demie de rando est excellent: Plaisir fou, météo pas pire, rencontres supers, zéro cloque, zéro mal de genoux, la banane quoi ! Je suis partie tôt dans la saison ce qui fait que j’ai eu pas mal de neige, mais en contre-partie j’ai eu la paix, très peu de monde dans les refuges et sur les sentiers. Et j’ai découvert qu’il y avait des endroits géniaux, même en dehors du Valais !

A refaire !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.