La Compagnie Créole aux Gais Alpins

Je ne sais pas si c’est l’alignement des étoiles ou l’influence de la lune rousse de vendredi, toujours est-il que miraculeusement, nous avons réussi à nous organiser une journée en montagne Pauline, Élise et moi. Depuis le temps qu’on essayait de se faire ne serait-ce qu’un apéro, non, là, une journée complète ! Le rêve.

Élise propose les Gais Alpins à la Dent d’Hautaudon, ça m’emballe tout de suite. J’y avais fait une brève incursion quand je débutais la montagne mais j’avais dû m’échapper à la moitié, tellement que j’étais au bout de ma vie nerveusement. C’est toujours intéressant de refaire des courses quelques années plus tard et de mesurer le chemin parcouru, surtout quand on part de loin ;-D

On quitte le col de Jaman vers 8.00 et on entame la montée en racontant des conneries. Ca, ça va être une constante qui va nous accompagner toute la journée ! Cela ne va pas aller en s’améliorant lorsqu’Élise lance un concours de chansons, le but étant de trouver la chanson la plus naze qui va nous rester dans la tête toute la journée. Elle ouvre les feux avec une vieille rengaine de Claude François. Un peu plus et elle nous faisait la chorégraphie … !

On est toutes seules, j’ai beau regarder je ne vois personne dans l’approche. Bah, tant mieux, filons dans la voie. Il y a trois longueurs pour arriver au sommet du premier ressaut, puis deux rappels qui nous amènent dans une brèche. Biensur je loupe le relais du deuxième rappel et je suis bonne pour remonter un bout. Quelle bécasse.

Michel Delpèch et la Compagnie Créole s’invite dans notre medley, c’est de toute beauté.

La longueur qui mène au sommet du deuxième ressaut à l’air super raide d’en face mais en fait il n’en est rien. C’est vraiment super beau. La suite est une désescalade aérienne mais facile, avec un p’tit pas sympa nommé « l’enjambée ». Là aussi y a toutes les prises nécessaires, il suffit d’ouvrir les yeux. On arrive aux derniers rappels. Élise me rejoint au relais, elle est tellement émue de m’annoncer qu’elle a appelé pour réserver le resto qu’elle en perd son reverso et son mousqueton … J’ai tellement de choses à apprendre de cette femme, vous auriez dû voir comment elle a annoncé la nouvelle à son chéri..

– Guillaume, J’ai perdu mon Grigri !

– Quoi ??? Non mais c’est pas vrai ?? Pourquoi t’as pris un Grigri pour cette course ?

– Non en fait c’était mon reverso …

– Ah ben ça va alors, c’est pas trop grave…

On voit l’expérience, il faut que je m’en inspire. Pas plus tard que le soir même, quand je dirai à Pål que j’ai oublié la corde dans la voiture de Pauline … !

La journée se termine autour d’un repas délicieux en compagnie de Guillaume et Renaud qui nous ont rejoint. La définition même du bonheur ! Et à tous les ronchons qui maugréent sur les réseaux sociaux, pensez ce que vous voulez. Mais sans ces petits outils technologiques, je n’aurais pas rencontré ces deux nénettes magnifiques, alors juste pour ça, ils ont une raison d’être.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.