Grand Clocher des Planereuses – Spigolo W

Nous filons au petit jour en direction de Saleinaz avec l’envie de se faire plaisir sur un beau rocher bien équipé. Tous les retours que nous avons eu sur cette voie sont unanimes: l’itinéraire est un des plus beau dans ce niveau de difficultés.

L’approche n’est pas des plus courte, un bon 1000 mètres de D+, mais tant qu’on n’est pas pressés je m’en fiche. Le levé du jour est splendide et je profite des nombreux champs de myrtilles pour faire des micro-pauses bienvenues.

On arrive aux pieds de la voie vers les 9h, le départ est à l’ombre et ça caille ! Nous avons décidé de grimper en réversible et je pars en tête dans la première longueur. J’ai fait des calculs savants et je suis sure qu’en partant en premier et en enchaînant les deux premières longueurs (la deuxième, c’est de la marche), je laisserais le soin à Pål de se taper la 5c. Le plan machiavélique quoi !

On avance, c’est super beau et équipé intelligemment, on a vraiment du plaisir. Sauf que je me rend compte que j’ai dû me planter méchant dans mes calculs: je me retrouve en tête au départ de la 5c … non mais c’est quoi cette arnaque ?? Je la reconnaît cette fourbe, avec ses prises de main à l’envers ! C’est l’arroseuse arrosée quoi ! Bon j’y vais, je rajoute un friend entre le 1er et le 2ème spit. Complètement inutile, mais ça me rassure. Finalement je passe et trop contente, je continue jusqu’au sommet du rappel.

La suite est toujours aussi belle et nous profitons du sommet, seuls. Je flippe en pensant à la descente, mais en fait il n’y a rien de sorcier. L’arête est facile et la suite pour rejoindre le col très bien signalée par des cairns et des marques oranges. Je trouve la descente dans le couloir marrante, c’est le semi-marathon des chailles après le Pleureur et la Tour de Boussine. Pål rouspète, il n’aime pas ça. J’arrive à lui vendre un petite remontée jusqu’à la cabane en lui promettant une bière bien fraîche, ils sont faciles à avoir ces mecs quand même !

Après une jolie pause sur la terrasse de la cabane, on attaque la descente. C’est long. Arrivés à la voiture, on a le plaisir de croiser Raoul, l’ouvreur, et son pote Richard qui reviennent de je ne sais quel col là haut, qu’ils sont allés sécuriser. Cet altruisme nous fascine. Ils ont passé toute la journée, marché des heures avec un matériel mega lourd, pelles, râteaux, juste pour facilité le passage de personnes qu’ils ne connaîtront jamais et qui n’auront jamais l’occasion de les remercier. Alors comme ils sont devant nous, nous en profitons pour les féliciter et les remercier du travail accompli.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.