Aiguilles de la Lé

10 heures sans précipitations durant le week-end …. il fallait les mettre à profit. Je ressors ma liste des courses à faire à la journée et tombe sur ces Aiguilles de la Lé. Mouai pourquoi pas… Claudia est motivée à se joindre à Pål et moi, mais je ne suis pas trop enthousiaste à l’idée de faire une cordée de 3 pour ce genre de course. On propose à Dylan de se joindre à nous et pour notre plus grand plaisir il accepte de se rejoindre l’équipe des vieux. Il ne sourcille même pas lorsque je lui annonce l’heure de départ. Rdv à 4h à Monthey.

On arrive à Moiry un peu avant 6h, le parking, que dis-je, le camping, est squatté par les camping-cars et les vans, c’est hyper bucolique comme spot. On se met en marche en direction de la cabane et on admire un magnifique bouquetin qui évolue tranquillement sur la moraine, quel beau cadeau. L’approche depuis la cabane se fait dans un pierrier un peu casse-pattes. On s’équipe peu avant le col où l’on retrouve le soleil et le vue sur la couronne impériale. Quel régal pour les yeux. On débute notre cheminement sur l’arête.

Le début est tout facile et on se met gentiment dans le bain. Pål et Claudia ont le feu aux fesses et avancent super vite, alors que Dylan et moi on prend notre temps. Heureusement ils font régulièrement des pauses pour profiter du paysage et nous attendre. On fait une petite pause au Col des Aiguilles avant d’attaquer la deuxième partie. L’escalade depuis le col est vraiment très chouette, puis on arrive sur une belle arête horizontale et effilée. Les bancs de brouillard vont et viennent et donnent une atmosphère bien particulière, on passe vraiment une belle journée.

On arrive au sommet et on jète un petit coup d’oeil au radar météo. La pluie est annoncée dans 1h30 ! On se barre sans demander notre reste. Un peu de désescalade facile d’abord, puis un chemin hyper instable où l’on s’envoie des cailloux les uns sur les autres, avant de remonter au Col de la Lé. On n’est pas encore au bout de nos peines, il y a encore un couloir de graille et de boue à descendre et on est super heureux de retrouver l’herbe fraîche des pâturages de Moiry. Et contre toute attente on arrive même à la voiture avant la pluie, c’est beau ça !

On s’arrête prendre l’apéro à Grimentz sous le déluge et on se dit qu’on n’a bien fait de ne pas sortir le coup de rouge au sommet. Merci à tous pour cette belle journée et special thanks à Pål qui nous a ramené à bon port en gardant les yeux ouverts alors que ses trois vaillants co-pilotes dormaient comme des bienheureux.

2 commentaires

  1. Magnifique journée bravo 👏🏻 et merci mon beau fils d’avoir ramené l’équipe de dormeurs au bercail!!! 😘😘😘😘

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.