Argentera

Arête S (ou Sigismondi)

Voilà-t-y pas que mes deux gaillards sont super motivés pour aller faire l’Argentera. Je regarde le topo vite fait, effectivement, ça a l’air magnifique. Tellement magnifique que quand on me dit que la route est fermée sur les 5 derniers kilomètres et qu’il va tout falloir se coltiner à pieds, je ne bronche (presque) pas …

Je vous mentirais si je vous disais que j’ai fait cette montée en refuge sans ronchonner. « j’en ai marre … », « C’est encore loin ? », « J’ai faim », « J’ai soif », « J’en peux plus », « Mais il est encore loooooinnnn ! » Je pense qu’à ce stade, on peu décerner un prix d’honneur à Pål et Manu qui me supportent en montagne depuis des années. Franchement les gars, vous êtes des héros.

On a quand même fini par arriver au Rifugio Remondino. Une tranche de tarte et une Birra Moretti soignent tous mes maux, je peux aller faire une sieste tranquille. Manu file repérer la course du lendemain (quelle santé ces jeunes … ) et reviens avec la mega star de l’alpi SAS Patrick Gabarrou himself. On passe une bien belle soirée, mais je vais me coucher tôt parce que mon p’tit doigt me dit que je n’ai pas fini d’en baver.

Ma faiblesse me perdra

4h30, p’tit déj. Gros mal de crâne. J’ai trop envie de retourner au lit, mais les deux me convainquent de tenter quand même. Ma faiblesse me perdra.

On part dans ce dédalle de caillasse, j’y vois rien, je me tord les chevilles, le spectacle est affligeant. Je vous passe les détails, miraculeusement on arrive au colu. Son vrai nom est col Freshfield, mais « col raide de merde » lui va très bien aussi. On s’équipe et on part sur l’arête du premier sommet, la Cima Purtscheller. Et là mes amis, la magie opère… toutes les galères pour arriver jusqu’ici sont reléguées aux oubliettes, j’ai retrouvé une pêche d’enfer et le sourire jusqu’aux oreilles grâce à ce bonheur enfantin de grimper sur des bouts de cailloux. Le jour se lève et on profite d’une vue magique sur tous les massifs environnants. Cette première partie est vraiment chouette, j’adore. Depuis le sommet de la Purtscheller, l’arête se fait plus aérienne avec quelques petites désescalades comme je les aime.

Cima Genova. Echappatoire possible vers la vire de descente. Même moi j’ai pas envie de m’échapper, du moment que je suis venue jusqu’ici je veux aller au sommet. Alors go. Sauf que y a un rasoir, mais un rasoir …. il est horrible. Manu essaie bien de me faire croire qu’il n’est pas plus difficile que le rasoir du Zinalrothorn, mais c’est des conneries. Il est hyper dur, hyper effilé et avec hyper pas de prises de pieds. A moins que je sois hyper nulle. Ouai ça doit être ça, parce que Pål passé dessus en courant et quand je lui ai dit: « hein dis, il était hooooorrrrible le rasoir ? » il m’a répondu: « quel rasoir ???? » Je serai toujours une éternelle incomprise.

On arrive au sommet. Bonheur ! Il fait bien frais et on n’a pas envie de faire de vieux os ici. La descente se fait sur une vire qui traverse la face, c’est impressionnant de loin mais en fait ça va bien. On arrive au Passo dei Detriti et il nous reste à descendre un gros cône de chaille pour rejoindre le chemin du refuge. On ne traîne pas trop, vu qu’on a encore une longue descente devant nous (et une route interminable, mais on ne le sait pas encore ….).

Il nous reste qu’une journée à passer ensemble et comme on a rempli la bagnole avec les affaires de canyon, on se dit que ça serait chouette. On jette notre dévolu sur la Barbaira, à quelques encablures de Vintimille.

Manu, co-pilote en chef, Google Map ouvert, expose les possibilités d’itinéraire à Pål. « Alors soit on prend l’autoroute, soit on croise en-là par la montagne, ça prend le même temps ». Pål choisi la montagne. Je ne vais pas vous casser les pieds avec nos problèmes routiers, mais sachez que le col de Tende, ce n’est pas une bonne idée. Et Google Map ne connaît visiblement pas les routes fermées depuis plus de 2 ans. On mettra plus de 6 heures pour arriver à Rochetta Nervina. A table. Au lit. A demain !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.